Le travail de GoExport souligné dans le journal Les Affaires !

Le travail de GoExport souligné dans le journal Les Affaires !

Être à l’avant-garde

 

Autre obstacle? Les technologies utilisées ici ne le sont pas toujours ailleurs. Pour éviter les mauvaises surprises, il vaut donc mieux être renseigné. Louis-Philippe Bourgeois en sait quelque chose. Cofondateur de GoExport, il aide les entreprises à vendre sur le marché de l’Amérique latine. « Si c’était facile, on n’existerait pas! » lance-t-il.

 

Car, si plusieurs entreprises veulent profiter de la forte croissance dans ces pays, distribuer quelques cartes ou poignées de main dans une mission commerciale ne suffit pas. La culture d’affaires, le système juridique et l’avancement technologique des pays à conquérir doivent être pris en compte pour éviter déceptions et dépenses inutiles.

 

Entre autres différences, les pays de l’Amérique latine sont beaucoup moins informatisés que les nôtres, soutient Louis-Philippe Bourgeois. « Au Québec, nous sommes très avancés au niveau des technologies que nous avons développées. Et nos solutions correspondent souvent à des normes très élevées, qui n’ont pas toujours cours dans les pays visés. C’est donc un double défi. »

 

Il cite en exemple les panneaux intelligents sur les chantiers de construction ou les dossiers patients dans les hôpitaux. « Pour les implanter, il faut répondre à certaines normes qui ne sont pas en vigueur dans ces pays ou pas tout à fait implantées. Avant même de conclure une vente, il faut donc convaincre le gouvernement de l’importance de cette norme. »

 

Un processus possible, puisque plusieurs pays investissent beaucoup pour se rattraper. Mais il faut être prêt à attendre deux ou trois ans avant même la première vente.

 

Ver-Mac, une entreprise québécoise spécialisée dans l’assemblage d’équipements d’affichage électronique sur les chantiers, a fait appel à GoExport pour développer ses ventes en Amérique Latine. En 2010, ses ventes en Amérique Latine étaient nulles; aujourd’hui, elles avoisinent 400 000$. L’objectif pour 2015 est d’atteindre un niveau de 750 000 $.

Pour lire la suite: http://www.lesaffaires.com/dossier/tic-et-pme-en-croissance/exporter-tout-un-defi-pour-les-entreprises-des-ti/577385

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com